Qui sommes-nous ?

  • Notre ambition
  • GMT Productions

Notre ambition.

Christophe ThoralPrésident

Premier producteur français, Lagardère Studios s’est lancé dans une croissance internationale lui permettant de toucher de nouveaux publics et d’établir des synergies et des stratégies communes. Ainsi, Lagardère Studios s’est développée ces derniers mois en direct sur l’Afrique de l’Ouest et sur les territoires de langue hispanique via sa filiale Grupo Boomerang. Cette politique d’expansion n’en est qu’à ses débuts et vise à créer un leader de la production indépendante.

Sur chacun de ces continents, Lagardère Studios s’attache à proposer à ses clients un partenariat solide, capable de les accompagner et d’anticiper les transformations du monde de l’audiovisuel en se positionnant sur de nouveaux modèles de productions : coproductions internationales, productions localisées, fabrication industrielle low-cost, productions corporate et digitale.
Lagardère Studios se doit avant tout d’attirer de nouveaux talents pour proposer des œuvres ou des formats identifiants et innovants, en réunissant les meilleurs professionnels du secteur, français et étrangers avec pour seule ambition : offrir le meilleur de la création audiovisuelle.

GMT Productions.

La société GMT Productions
Lagardère StudioLagardère Studio

GMT Productions.

La société GMT Productions

Depuis sa création, GMT a su explorer tous les genres de la fiction avec des héros marquants de l’Histoire (Monte-Cristo, Balzac, Napoléon, Jean Moulin…) ou des héros de fiction marquant les esprits (Julie Lescaut, Diane femme flic, Vaugand…).

Des comédies aux polars (Famille d’accueil, Boulevard du Palais, Flics…), GMT a toujours su fédérer le public, tout comme avec ses unitaires de prestige (Dans la tête du tueur, Ce soir je vais tuer l’assassin de mon fils, Ceux qui dansent sur la tête…).

Plus récemment, GMT a lancé la série Agathe Koltès pour France 3, coproduit avec Atlantique Productions la série Jour Polaire pour Canal+ et développe la Trilogie de l'Emprise de Marc Dugain pour Arte.